Bignoux

Avec un territoire courant sur plus de 1450 hectares dont près de 300 empruntés au massif forestier de Moulière*. Le tiers des habitants âgés de moins de 20 ans et une densité de population deux fois inférieur à la moyenne nationale ; Bignoux apparaît comme l’une des communes les plus dynamiques en terme démographique.

          L’une des plus prometteuse aussi, au cœur de la toute jeune agglomération urbaine de Poitiers.


          Née de la présence supposée d’anciens bains romains sur ses terres. Baignos (endroit où l’on se baigne) qui deviendra successivement Baigneoux au XVe siècle (…), Begnoux et pour finir Bignoux au lendemain de la révolution française, aura vu sa population tripler ces 40 dernières années, pour se stabiliser aujourd’hui aux alentours de 1 100 habitants.

          Avec un patrimoine civil couvrant l’essentiel de son histoire. Un environnement exceptionnel propice aux randonnées sur le parcours balisé de ses espaces préservés**. Une bonne dizaines de sites à découvrir, au rang desquels  les châteaux des Martins ou de Lirec, la maison noble de Champôt, le manoir de la Grande Foye du XIIIème siècle et le logis de Château Fromage du XIe siècle. La commune mérite largement le détour.

          Un détour offrant qui plus est aux détectives en herbes, la possibilité de tenter de résoudre l’un des mystères les plus jalousement conservé se rapportant à la construction de son église (***).


          Un édifice du XIXe siècle placé sous le vocable du premier évêque de Poitiers, offrant la particularité de n’avoir qu’une cloche malgré la construction d’un clocher prévu pour en recevoir deux.

          * Massif de Moulière avec ses 6 800 hectares boisés (réserve du Pinail comprise). Quatrième forêt de la région « Nouvelle Aquitaine », courant sur les communes de Bignoux, Bonneuil-Matours, la Chapelle-Moulière, Dissay, Liniers, Montamisé, Saint-cyr, Saint-Georges-lès-Baillargeaux et Vouneuil sur Vienne.

          ** 61% de la surface du territoire de la commune est couverte par des zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique.

          *** La légende prétend qu’après s’être embourbé en Moulière et avoir imploré le diable de perdre dans la Bignolas les cloches qu’il transportait ; le charretier chargé de les livrer de Châtellerault à Bignoux n’en ait plus trouvé qu’une en arrivant dans le bourg. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close