La ligne acadienne

Bien que certaines d’entre elles aient été rénovées avec plus ou moins de succès, une balade le long des constructions de  ‘‘la ligne acadienne’’ vaut néanmoins le détour.

Ne serait-ce que pour admirer le travail de conservation, remarquable sous bien des aspects, réalisé par quelques amoureux du site. Ou se souvenir un instant des conditions effroyables qui amenèrent Louis-Nicolas de la Pérusse des Cars, à accueillir les exilés de Nouvelle France et d’Acadie en 1773.

Tirant  profit de sa proximité avec la cour de Louis XV, le marquis de la Perusse des cars obtient les autorisations nécessaires et une partie du financement pour l’installation de quelque 150 familles (environ 1500 personnes) sur le sol Poitevin. Chacune d’entre elles recevant alors 3 arpents de terre (environ 1,7 hectare), une maison, deux paires de boeufs, deux vaches, deux charrues et une charrette. S’y ajoutait l’outillage nécessaire, un four à pain, un puits commun à plusieurs familles et… une paroisse: Cenan (ancien bourg situé sur la commune de la Puye)

Passer du projet à la réalité s’avérant plus difficile que prévu par le marquis, nombre d’exilés peu habitués aux travaux agricoles et la rudesse du défrichage de terres inhospitalières faites de brandes et de marécages eurent tôt fait de préférer repartir vers les Amériques.

Sur les 150 fermes initialement prévues pour couvrir les 2600 hectares mis à disposition par les moines fontevristes de la Puye (630 ha), la seigneurie de Monthoiron (400ha), l’abbaye de l’Etoile (70ha) et l’évéché de Poitiers (1500h), 57 seulement seront construites le long d’une ligne de 6 kms 1/2 passant par les communes de La Puye, St Pierre de Maillé et Archigny.

Celles et ceux qui choisirent de rester firent souches dans la population locale, permettant ainsi de faire perdurer en terre poitevine le souvenir d’un épisode que les acadiens appellent encore pudiquement « le grand dérangement ».

A voir:  L’église St Hilaire de Cenan récemment rénovée (paroisse des acadiens en Poitou avec son retable classé du XVIIIème). La ferme-musée, au hameau des « Huit maisons », qui accueillent chaque été, la grande fête traditionnelle du 15 Août.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close