Antigny

Posé de part et d’autre des berges de la Gartempe sur près de 8km, Antigny qui s’étend sur 4 393 hectares, comptait un peu plus de 550 habitants au recensement de 2016. Occupées dès la Préhistoire, le site parait avoir su traverser les millénaires en offrant à la postérité la richesse d’un patrimoine exceptionnel. En témoigne la découverte en 1998 de la grotte dite « du Taillis-des-Coteaux », ou encore les nombreux vestiges de temple, théatre (…) présents le long de la voie romaine qui menait autrefois de Poitiers à Bourges et traversait la Gartempe au lieu-dit du « Gué-de-Sciaux », au nord de la commune.

L’église Notre-Dame: Inscrite au cœur de la vallée de fresques (route proposant sur une vingtaine de kilomètres de l’abbatiale de St Savin à l’église Saint-Divitien de Saulgé, la découverte de sites religieux), l’église Notre-Dame d’Antigny, édifice du XIe siècle profondément remanié au fil du temps, vaut tout autant pour la qualité de préservation de ses peintures murales des XII et XIVe siècles, que pour son architecture mélangeant art roman et gothique. Classé au titre des monuments monument historique et complétée au XVe siècle de la chapelle seigneuriale Sainte-Catherine ouvrant sur son chœur l’ensemble apparait comme l’un des incontournables du village.

Château de Boismorand: Classé au titre des monuments historiques pour les peintures de son oratoire et divers autres ouvrages, le Château de Boismorand dont les tours défensives témoignent du passé médiéval, date du XVe siècle. Trouvant ses origines dans l’histoire des Seigneurs de Boismorand, propriétaires des terres alentours du XIIIe au XIXe siècle, dont le dernier représentant Louis Scourions (Chevalier de St Louis – Officier des armées du Roi) décèdera en son château le 10 septembre 1823, est aujourd’hui propriété privée et ne se visite pas.

La lanterne des morts: Colonne en pierres de 7 mètres de haut, offrant 4 ouvertures en son sommet et une à la base par laquelle on hissait une lampe à huile à la nuit tombée pour diffuser la lumière. La lanterne des mort dont le rôle parait aujourd’hui encore assez mal connu, pourrait avoir été élevée pour aider les âmes à trouver leur chemin en passant de vie à trépas. Symbolisant le passage de la lumière terrestre, à la lumière céleste; datant du XIIIe siècle, elle aurait été construite à l’emplacement de ce qui aurait pu être à l’époque l’ancien cimetière du village .

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close