Joel Robuchon



Profondément attaché à sa ville natale. Au point disait-il d’avoir envisagé de s’y retirer après une carrière qui l’aura vu bâtir un véritable empire. Joel Robuchon s’est éteint le 6 août 2018, des suites d’un cancer du pancréas. Une maladie au sujet de laquelle il avait su rester très discret.

La discrétion: Un trait de caractère salué par tous

Un homme discret au point d’avoir toujours voulu préserver les siens des contraintes liées à la surmédiatisation des grand chefs. D’avoir bâtit autour d’eux une bulle, d’où ne filtreront que très peu d’éléments. Tout au plus apprendra t-on de son épouse, qu’ils étaient déjà mariés alors que lui n’avait que 21 ans.

Deux enfants naîtront de cette union. Eric qui choisira d’embrasser une carrière moins exposée que celle de son père et Sophie, avec laquelle il partagera l’écran. Père et fille ayant en effet animés ensemble sur France 3 « Planète gournande » entre septembre 2011 et juin 2012. Avant que sophie n’épouse à son tour un restaurateur, François Kartheiser.

Joel Robuchon avait aussi un fils né semble t-il d’une liaison entretenue au Japon en 1988. Louis Robuchon-Abe qui exerce aujourd’hui son art autour des vins de Bordeaux, au pays du soleil levant.

Né à Poitiers le 7 avril 1945, d’une mère au foyer et d’un père maçon. C’est au 111, dans un modeste appartement de la grand-rue que Joel Robuchon passera les premières années de sa vie.

C’est d »ailleurs à quelques dizaines de mètres de là, sous la nef de la cathédrale St Pierre, que les chef du monde entier et de nombreux anonymes se donneront rendez-vous le 17 aout 2018 pour lui rendre un dernier hommage. Pour honorer celui qui aura décliné sous toutes les formes, et aux quatre coins du monde les lieux l’exercice de son Art: Restaurants, Ateliers, Tables, Caves, Cafés, Cuisines, Boutiques, Salons de Thé (…). Aura su passé du stade de «Meilleur Ouvrier de France» en 1976, à celui de Chef le plus étoilé au monde (jusqu’à 32 étoiles sur l’ensemble de ses restaurants en 2016). Franchissant unes à une, avec la même soif de réussite chevillée au corps, toutes les étapes. Apprenti, compagnon (…)

Meilleur restaurant du monde selon  » The International Herald Tribune  » en 1984

Entré à l’âge de 12 ans dans une école cléricale pour y être former à la prêtrise. c’est paradoxalement au sein de cette institution située sur la commune de Mauléon dans les Deux-Sèvres , qu’il découvrira comme il le déclarera plus tard ses  » premiers penchants culinaires et gourmands « . Habitué des cuisines, c’est auprès des religieuses, qu’il découvrira le travail des aliments. Au point de vouloir en faire son métier.

Quittant le séminaire pour les cuisine d’un restaurant poitevin – le Relais de Poitiers-, débutera ensuite une période de compagnonnage, puis de travail au sein des plus grands établissements parisien, jusqu’à l’ouverture de son tout premier restaurant, le Jamin à Paris en 1981.

La suite, ce sont jusqu’à 39 établissements ouverts dans le monde entier

Un véritable empire élevé à la gloire de la cuisine française, au même titre que celui laissé par Paul Bocuse, décédé en janvier de la même année. La France perdant cette année là bien plus que ses deux plus grandes toques. Deux ambassadeurs d’un savoir faire et d’un art de vivre inscrit au patrimoine mondial.

Ayant semble t-il bien avant son décès, réglé sa succession en revendant ses restaurants à un fond de pension. Joel Robuchon souhaitait ouvrir un institut de formation à Montmorillon (86500). Un projet aujourd’hui porté par sa fille, ayant pour ambition de contribuer de façon dynamique au développement et au rayonnement du savoir-faire français dans le monde.



Une cuisine de terroir sans chichi.

Ce n’est pas un hasard si la purée de pommes de terre est devenue la recette emblématique du chef multi-étoilé.


Joël Robuchon laisse derrière lui de nombreuses recettes, dont celle de sa légendaire purée de pommes de terre.

Une purée à la texture onctueuse, devenue iconique dès les années 80, dont Joel Robuchon dira souvent qu’elle aura été sa Madeleine de Proust. Réalisée à base de beurre (250g pour 6 personnes) et de pommes de terre de la variété « ratte ». Une petite pomme de terre à chair ferme, tenant bien à la cuisson.

pour 6 personnes:

  • 1 kg de pommes de terre rattes (ou BF 15)
  • 250 g de beurre bien froid
  • 25 cl de lait entier
  • du gros sel
  • Sélectionner des pommes de terre de même calibre, lavez-les et mettez-les à cuire pendant 25 minutes environ (pour savoir si elles sont cuites, plantez votre couteau dedans, si la pomme de terre retombe toute seule, elle est cuite)
  • Recouvrez d’eau froide à 2 ou 3 centimètres au-dessus et ajoutez environ 10 grammes de gros sel par litre d’eau
  • Pelez les pommes de terre encore tièdes puis passez-les dans le moulin à légumes
  • Récupérez toute la pulpe de pommes de terre, versez dans une casserole sur feu doux et remuez
  • Pendant ce temps, portez 20 à 30cl de lait entier à ébullition
  • Ajoutez 250g de beurre bien froid, coupé en morceau, à la pomme de terre et mélangez avec une spatule en bois
  • Ajoutez ensuite le lait, petit à petit
  • Dès que la purée est assez souple, mélangez à l’aide d’un fouet
  • À la fin, si vous le souhaitez, passez la purée au tamis pour qu’elle soit encore plus onctueuse
  • Salez et poivrez selon votre goût
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close