Journet

Commune de 362 habitants (chiffre de 2018) ayant eut à subir de plein fouet ,comme de nombreux villages des environs, la crise du monde agricole et l’exode rurale, Journet qui se situe au cœur du Montmorillonnais s’étend sur un territoire de 58.51 km2.

Ayant compté jusqu’à plus de 1.300 habitants à la toute fin du XIXe siècle et commencé à connaitre un lent déclin à l’aube du XXe. Ce malgré l’ouverture d’une gare de chemin de fer en 1885 sous l’impulsion d’Adolphe Godin de Lépinay (Ingénieur des Ponts et Chaussées) propriétaire d’une demeure dans le village. Journet parait avoir su cultiver la discrétion au point de l’ élever au rang de véritable art de vivre.

Bien que quelques monuments puissent témoigner d’une histoire ancienne de la commune: Présence d’une lanterne des morts du XIIe siècle, de l’église St Michel XIIIe et d’un prieuré fontevriste du XIIe situé à 6km du centre bourg. Journet pourrait bien recéler d’un véritable trésor en terme de développement touristique à travers la mise en valeur de  » La Villa Lépinay « .

Adolphe Godin de Lépinay …

… ou L’histoire oubliée d’un homme exceptionnel.

Bien que l’histoire n’ait retenu du canal de Panama, que les successions de scandales, les milliers de morts et les 35 années de travaux titanesques. La réussite de ce canal est due à un ingénieur français méconnu. Adolphe Godin de Lépinay, qui dès 1879, défendit l’idée d’un « canal à écluses » pour relier l’océan Atlantique au Pacifique.

Un projet ignoré par Ferdinand de Lesseps, tout auréolé du succès rencontré par le canal de Suez qui lui préférera un « canal à niveau », avec la réussite que l’on sait.

L’Histoire n’ayant conservé que peu de traces de l’inspiration d’Adolphe Godin de Lépinay, notons qu’un projet est en cour, porté par l’académie des sciences, légataire universelle de l’ancienne demeure de l’ingénieur à Journet. La « Villa Lépinay« .

A voir:

  • Le Prieuré de Villesalem: Situé à équidistance entre les bourgs de Journet, la Trimouille, Haims, Liglet et Béthine. Fondé vers 1109 dans la continuité de ceux de la Puye (1104) et de Lencloitre, ce Prieuré fontevriste joyau de l’art roman poitevin est aujourd’hui propriété de l’État qui restaure l’église et le bâtiment conventuel classés monuments historiques.
  • L’église Saint-Michel du XIIIe siècle, profondément remaniée au fil du temps, avec sa tour gothique du XIVe, sa flèche renaissance du XVIe, sa façade du XVIIIe, et son portail inscrit aux Monuments Historiques.
  • Le domaine du Ry-Chazerat, Château du XVe remanié au XVIIIe siècle, donné en 1898 à l’Académie des Sciences par le baron Adolphe Gaudin de Lépinay
  • La lanterne des morts du XIIe siècle.
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close