Jules Berry


Considéré comme l’un des plus grands acteurs de l’histoire du cinéma français, avec près de 100 films à son actif et une cinquantaine de pièces de théâtre, Jules Berry – de son vrai nom Jules Paufichet – est né à Poitiers (86) le 9 février 1883.

Décédé à Paris le 23 avril 1951 (à l’âge de 68 ans) d’une crise cardiaque, il aura notamment joué les premiers rôles sous la direction de Marcel Carmé dans  » Le jour se lève » en 1939, au coté de Jean Gabin, Arletty et Bernard Blier.

Faisant parti de ces acteurs qui, à l’instar d’un Guitry pouvait tout se permettre grâce à sa grandiloquence et son sens du comique. Dandy séducteur, il aura été durant l’entre deux guerre la coqueluche du Tout-Paris. Enjoué, mondain, joueur invétéré, talentueux au point de ne pas apprendre ses textes, mais ceux de ses partenaires et de laisser une place importante dans l’improviser des siens.

Jules Berry, Jean Gabin et Arletty dans le jour se lève

Magistral dans son rôle de diable machiavélique dans  » Les visiteurs du soir », au côté d’Arletty (avec des seconds rôles tels : Simone Signoret, Jean Carmet, Alain Resnais, Jean-Pierre Mocky, Mouloudji, Jacques Prévert). Jules Berry était arrivé un peu par hasard dans le métier, un jour de pluie en 1903. Travaillant pour un architecte, s’est en effet en voulant s’abriter sous le porche du Théâtre Antoine à Paris, qu’il en poussera la porte un jour d’audition.

Bien qu’entré par la grande porte dans le Panthéon des acteurs Français. Joueur compulsif habitué à fréquenter les hippodromes et les casinos. Jules Berry qui partagera l’affiche avec les plus grands: Michel Simon, Raimu, Fernandel, Charles Vanel, Noël-Noël, Louis de Funès, Pierre Brasseur, Jean-Pierre Aumont, Elvire Popesco, Mistinguett, Jean Desailly, Denise Grey, Edith Piaf, Yves Montand, et même le chien Rintintin (…), se fourvoiera souvent en acceptant des rôles dit  » alimentaires », pour des raisons purement financières.

Chauffeur d’André Maginot (celui de la fameuse ligne) durant la 1ere guerre mondiale et ayant reçu la Croix de guerre pour avoir sauver un officier. Son rôle durant la seconde guerre mondiale apparaîtra beaucoup plus discret. Tout au plus est-on certain que, tout en s’accommodant de la présence allemande dans les rues de Paris, il ne franchira pas le pas de la collaboration. A l’inverse son ex-compagne, l’actrice Josseline Gaël – avec qui il aura eu une fille, Michèle (en 1939)-, qui elle sera jugée et emprisonnée pour ses agissements sous l’occupation.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close