L’université de Poitiers

Histoire de l’université

Fondée au XVe siècle à la demande du Roi de France Charles VII et du Pape Eugène IV. L’université de Poitiers est l’une les plus anciennes de France et d’Europe. Crée semble t-il pour remercier le Poitou de sa fidélité envers le royaume de France durant la guerre de cent ans. L’université de Poitiers comptait à l’origine cinq facultés : théologie, droit canon, droit civil, médecine et arts (lettres).

Fermée à deux reprises pour raisons sanitaires durant sa longue histoire. Pour épidémie de Peste en 1631 -laquelle causera la mort de plus de 4.000 morts à Poitiers -, et de COVID 19 en 2020. L’université de Poitiers accueille aujourd’hui près de 28 000 étudiants (chiffre de 2017). Répartis sur 13 sites, 130 bâtiments et 360 000 m2 d’amphithéâtres, laboratoires, hôtels particuliers des XVe, XVIe et XVIIe siècles.

Deuxième pôle universitaire de la région Nouvelle Aquitaine. Première de France en terme de pourcentage d’étudiants par rapport au total de la population locale (22%). L’université a su se diversifier et s’entendre hors les murs, avec des antennes à Poitiers, Niort, Angoulème, Châtellerault, Ségonzac et sur le site du Futuroscope.

L’université a compté parmi ses illustres étudiants:

  • François Rabelais: Ecrivain français humaniste de la Renaissance.
  • René Descartes: Mathématicien, physicien et philosophe français.
  • Francis Bacon : Scientifique, philosophe et un homme d’État anglais
  • Luc Montagnier: Professeur de médecine français découvreur du virus du sida
  • Henri Konan Bédié: Président de la République de Côte d’Ivoire de 1993 à 1999.
  • Leïla Kaddour: Journaliste, animatrice de radio et télévision française.
  • Francine Caron: Ecrivaine, poétesse, traductrice et hispaniste française.
  • Marie-France Garaud: Avocate, haut fonctionnaire et femme politique française.
  • Joachim du Bellay: Poète français du XVIe siècle. Auteur de la Pléiade au côté de Pierre de Ronsard et de quelques autres.

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage

(Joachim du Bellay)

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d’usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée, et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m’est une province, et beaucoup davantage ?

Plus me plaît le séjour qu’ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l’ardoise fine :

Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l’air marin la doulceur angevine.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close