Madame de MONTESPAN

Née Françoise de Rochechouart de Mortemart, le 5 octobre 1640 à Lussac les châteaux dans la Vienne (86). Au sein de l’une des familles les plus anciennes de aristocratie française. La Marquise Athénaïs de Montespan – du nom de l’homme qu’elle épousera en première noce, et à qui elle donnera 2 enfants-, aura été durant plus de dix ans, la favorite de Louis XIV, et l’une des femmes les plus influentes du royaume. .

Inhumée à Poitiers, au coeur de la chapelle du Couvent des Cordeliers – espace aujourd’hui aménagé en centre commercial -, elle aura été la maîtresse en titre du roi de 1667 à 1678, après être passée aux services de la duchesse d’Orléans, épouse de Monsieur le frère du roi; puis de la reine Marie-Thérèse d’Autriche, en tant que demoiselle d’honneur en 1664.

une favorite influente

Ayant dû se résoudre à s’unir lors d’un mariage qui très vite battra de l’aile, au Marquis de Montespan. Un choix second choix précipité par la fuite de son compagnon le marquis Louis-Alexandre de Noirmoutiers vers l’Espagne, pour cause d’implication dans un duel qui coutera la vie au frère de Montespan.

Louis XIV tombera sous son charme en 1666

Madame de Montespan entrera au sein de la cour, dans le grand jeu des favorites. Et au coeur de l’échiquier politique du pays, dans celui des intrigues et des intérêts partisans. Un échiquier d’où elle évincera Louise de la Vallière, avant d’en être elle même écartée quelques années plus tard, vers 1681, par Madame de Maintenon qui deviendra la seconde épouse du roi.

Une éviction rendue possible à la faveur des crises de jalousie devenues récurrentes de Madame de Montespan. Lesquelles auront finis par exaspérer le roi; et par l’affaire dite « des poisons ». Une sombre histoire dont la véracité semble bien loin d’être effective. Mêlant messes noires avec sacrifices d’enfants et trafiques d’aphrodisiaques.

Une affaire devenue scandale, qui aura coûté la vie dit-on à Marie Angélique de scorailles – Duchesse de Fontanges-, pressentie pour devenir à cet instant la future favorite de Louis XIV.

Madame de Montespan, une femme d’influence redoutée à la cour pour sa beauté et son influence sur le roi.

Pour son esprit aussi, qui aura traversé l’histoire de sa famille. Esprit héréditaire dit « de Mortemart », qui avait nous apprend l’historien Ernest Lavisse: « l’art d’en donner aux autres ». Un savoureux mélange de compliments et de saillies qui interdisaient aux membres de la cour de passer sous les fenêtres du roi lorsqu’elle était en sa présence, tant ils avaient alors le sentiment d’être passés par les armes.

Saillies et bons mots qui avaient l’art de plaire à Louis XIV. Homme de saillies s’il en est, qui en avait semble t-il fait sa spécialité dans les bosquets de Versailles – terrain d’activité alors très prisé-. Louis XIV ayant engendré une vingtaine bâtards ou enfants légitimés.

Sur les photos, dans l’ordre: Corneille (1606 – 1684), La Fontaine (1621 – 1695), Lully (1632 – 1687), Molière (1622 – 1673), Racine (1639 – 1699)

Femme intelligente – Molière lui dédicacera « Les femmes savantes »-. Passionnée par les arts, la Marquise prendra sous sa protection de nombreux artistes, au rang desquels Molière bien évidemment, mais aussi La Fontaine, Corneille, Lully et Racine (…).

C’est sous son influence que le règne du roi soleil prendra toute sa signification

Madame de Montespan aura 7 enfants avec Louis XIV, dont six seront légitimés: L’ainée, Louise Françoise née en 1669 étant décédée à l’age de 2 ans.

Souhaitant lui offrir une demeure à la hauteur de son rang, Louis XIV fera bâtir pour Madame de Montespan, le château dit de clagny. Un site aujourd’hui disparu (ici en reproduction 3D), qui coûtera 2 448 000 livres (environ 55 millions d’euros) au trésor royal. Un petit Versailles avec ses salons, appartement du roi, grande galerie, chapelle, orangerie, théatre, jardins, canal et étang; qui restera bien après sa disgrâce en 1691, propriété pleine et entière de la Marquise et de sa descendance.

 Sommée de quitter Versailles en 1691 (ou 1692 selon les biographes), la Marquise se réfugiera dans son château et mourra quelques années plus tard, en 1707 à Bourbon l’Archambault, ville d’eaux et de cures thermales alors très prisée du Versailles mondain.

Sa dépouille sera transportée à Poitiers pour y être inhumée au couvent des cordeliers et reposer auprès des siens. Les sépultures des Rochechouart seront détruites, comme beaucoup d’autres en France lors de la révolution et les ossements éparpillées.

L’histoire retiendra du marquis de Montespan, qu’apprenant la trahison de sa femme, il annoncera publiquement sa mort et fera enterrer un mannequin à son effigie avant de parer son carrosse avec de grandes cornes.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close