Robert d’Arbrissel

Né d’un père ordonné « prêtre » auquel il succédera après sa propre ordination, Robert d’Arbrissel décide de s’appliquer très tôt les principes de pauvreté prônés par Grégoire VII . Cèdant à ses aspirations à une vie solitaire, il part vers 1095 s’installer en tant qu’ermite en forêt de Craon, à la frontière de l’Anjou et de la Bretagne.

Sa réputation d’homme de foi  ayant tôt fait de se répandre à cent lieues à la ronde, une foule importante le rejoint très vite et le 11 février 1096, le pape Urbain II ayant apprécié l’un de ses sermons, lors de son passage en terre angevine, lui confère le titre de prédicateur apostolique.

Prédicateur itinérant, et toujours suivit par une foule immense, il s’installe dés lors, sous l’aile protectrice de Pierre II, évêque de Poitiers, dans un vallon nommé « Fons Ebraudi » (qui deviendra Fontevrault), où il fonde une maison mixte composée d’hommes et de femmes prônants la chasteté. Installation qui lui vaudra de s’attirer les foudres  d’une partie de la hiérarchie religieuse pour cause de déviance morale.

Les fondations d’un monastère double seront rapidement envisager, et Robert d’Arbrissel s’engage à ce qu’à aucun moment il n’y ait de contact entre un moine et une moniale; lesquels seront répartis en quatre lieux distincts:

Le Grand-Moustier, lieu de prière réservé aux « contemplatives ».

Sainte-Marie Madeleine , lieu de vie où les sœurs « converses », travaillent pour la communauté.

Saint-Jean-l’Habit, monastère des moines; lesquels en plus d’assumer leur part de travail journalier restent les seuls à assumer le privilège de pouvoir dire la messe.

Saint-Lazare enfin pour les sœurs ayant à charge de soigner les lépreux.

c’est selon le même schéma d’organisation que l’ordre fontevriste s’installera à la Puye quelques années plus tard, vers 1111.

Alors que l’Abbaye de Fontevrault est en plein essor avec déjà plus de 300 monniales, Robert d’Arbrissel reprend sa route de prédicateur itinérant, exhortant les riches à la charité et les pauvres à l’humilité. On le voit à Chartres, Toulouse, Rouen, Poitiers, Blois, Périgueux, … ou encore au concile de Beaugency où il prend place parmi les prélats.

En 1115, Robert d’Arbrissel fixe les statuts de Fontevraud. Il convoque évêques et abbés pour faire reconnaître la nomination d’une abbesse à la tête de l’abbaye. Pétronille de Chemillé.

Robert d’Arbrissel décèdera le 25 Février 1116. Son corps sera inhumé en l’abbaye de Fontevraud avant d’être confié, bien plus tard aux « Dames de Chemillé ».

Fêté au titre de Bienheureux le 25 Février, du fait du caractère audacieux de son ordre, Robert d’Arbrissel ne sera jamais canonisé. Son ordre disparaîtra à la révolution française.

L’abbaye comptait encore près 70 religieuses, 40 converses et une vingtaine de religieux; sur l’ensemble du territoire  quelques 52 Prieurés, dont celui de la Puye, troisième dans l’ordre de fondation.

Devenue nécropole royale, l’abbaye « de Fontevraud » abrite aujourd’hui encore les sépultures d’Henri II, Aliénor d’Aquitaine et Richard cœur de Lion. Elle est classée au patrimoine mondial de l’Unesco.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close